Les concepts fondamentaux en naturopathie

Dans sa pratique La naturopathie s’appuie sur 5 grands piliers : 

 Le vitalisme. 

Cette énergie universelle est la base de toutes pratiques thérapeutiques et spirituelles. C’est l’existence de l’énergie vitale inscrit dans chaque organisme vivant dès sa naissance. Elle est le siège de la santé et donc le souffle vital permettant au corps de se régénérer lors d’agressions. La naturopathie tend à soutenir cette énergie en la stimulant afin de conduire la personne vers l’auto-guérison et la régénérescence. Lors de bilan en naturopathie, le praticien observe la vitalité de l’individu afin de la soutenir ou de la restaurer.

Cette notion de vitalité existe depuis 8 000 ans à l’époque des Sumériens. Elle est connue également sous différent noms selon les cultures et les civilisations comme « le Prâna » en Inde « le Chi ou le Qi » en Chine, le « Ki » au Japon, etc.

 L’humorisme. 

L’humorisme « est la science des humeurs » « Tous les liquides organiques communiquent entre eux ». Ce concept considère la santé par l’équilibre et la constance de la qualité des liquides biologiques du corps humains : sang, lymphe et liquide interstitiel. Comme le docteur Salmanoff disait : «  notre corps est une grande baignoire » car c’est dans les humeurs que baignent les organes, les tissus et les cellules. 

La naturopathie a pour volonté de corriger toutes surcharges et carences qui dénaturent le terrain biologique de l’individu. En effet, un mode d’alimentation inadapté, une mauvaise hygiène de vie ou la sédentarité, auront des incidences sur l’intégralité des fonctions cellulaires et métaboliques. Cela pouvant conduire à des pathologies dites « humorales » avec les carences, l’encrassement et la surcharge de l’organisme a travers l’accumulation de toxines. Ainsi l’une des recherches premières est de nettoyer l’organisme afin de retrouver la santé. 

  L’hygiénisme.

Ce terme est dérivé de la déesse de la santé grecque Hygiela. On peut définir l’hygiénisme comme l’importance de vivre sainement au quotidien. En Europe il met l’accent sur l’harmonie entre ce que nous confère la nature (l’eau, l’air pur, la terre mère etc.) et 3 pratiques de santé fondamentale constituant les techniques majeures de la naturopathie : 

  • L’hygiène neuro-psychique : bien dans sa tête (techniques de méditation…)
  • L’hygiène corporelle : bien dans son corps (les exercices physiques et les techniques de respirations)
  • L’hygiène alimentaire : aliments de qualités, les cures, les jeûnes…

 

Le causalisme.

La naturopathie a pour vocation la recherche perpétuelle de la cause profonde et première de la maladie. Elle considère le malade dans son ensemble. Comme disait Hippocrate « cherche la cause de la cause, de la cause » dans le but de pouvoir accompagner la personne avec un programme personnalisé. Rien n’est laissé au hasard ! La prise en charge est globale.

  Le holisme 

Il s’agit de considérer l’être humain dans son ensemble. Le terme tire son origine du grec « holos » qui signifie « entier ». En tant que thérapeute nous considérons la personne sur son plan physique, physiologique, émotionnel, tout en tenant compte de son énergie vitale, son environnement, son entourages, ses pensée etc. « Il n’y a pas de distinction entre le corps et l’esprit qui ne font qu’un. Tout blocage ou toute entrave à la libre circulation de la vie entre eux à forcément des répercussions sur la santé »